Huile & Acrylique Paroles d'artistes

La peinture abstraite de l’artiste Althéa

Souvenirs engloutis, Althéa

Corinne Bourtault Jouffreau, que vous connaissez peut-être aussi sous le pseudonyme Althéa est une artiste peintre originaire du Lot et Garonne. À 20 ans elle part s’installer pour une décennie dans la belle Provence puis à Toulouse, région qu’elle habite encore aujourd’hui. Althéa est donc une « peintre du sud » avec son caractère, sa force et son univers. Rencontre.

Althéa

Althéa

Pinceaux Léonard : Bonjour Althéa et merci d’avoir accepté notre invitation. Pouvez-vous tout d’abord nous parler un peu de vous, qui est Althéa et d’où vous vient votre passion pour la peinture ?

Althéa : Je suis originaire du Lot et Garonne, j’ai quitté le département à l’âge de 20 ans. J’ai vécu une dizaine d’années en Provence, jusqu’en 2003. Puis je suis venue vivre à Toulouse.

Durant mon enfance, j’ai entendu mes proches me dire très souvent que j’étais toujours « dans la lune ». Passionnée de lecture dès le plus jeune âge, à 10 ans je voulais devenir écrivain. Finalement, mon stylo s’est transformé en pinceau.

Je peux dire à l’heure actuelle, que je suis définitivement une rêveuse (rire), mais avec l’expérience, je ne suis plus du tout « dans la lune » sauf quand je peins ou quand je lis. Ce luxe, qui permet à l’enfant de se perdre dans ses pensées assez souvent, je le compense avec la peinture, la lecture et la musique.

Ma passion pour la peinture me vient de mon père, parti trop tôt, qui peignait pour le plaisir. Je lui rends d’ailleurs hommage au travers de plusieurs de mes toiles, à ma façon.

Question pratique, j’ai commencé à peindre assez tard, vers l’âge de 30 ans. Aquarelle puis huile. Enfin, j’ai découvert l’acrylique il y a deux ans et demi.

Pinceaux Léonard : Parlons donc un peu plus de votre pratique de la peinture. Comment avez-vous appris ? Avez-vous suivi des cours ou êtes-vous plutôt autodidacte ?

Althéa : Au début des années 2000, je me suis achetée une boîte d’aquarelle et je me suis « lancée », tout simplement. Au bout de quelques mois, j’ai « tenté » de prendre des cours de dessin et d’aquarelle mais je n’ai pas tenu plus de deux cours ! Pour moi, peindre comme mon professeur et uniquement à sa façon m’a très vite déplu et j’ai préféré continuer à découvrir la discipline par moi-même.

Bien que souvent nous soyons contraints de l’appliquer, l’esprit « mouton » ne me convient pas et ne me conviendra jamais je crois. À partir du moment où une activité ne m’est pas imposée puisque c’est une passion, je veux faire ce que je veux, être libre.

Le violon, Althéa

Le violon © Althéa

Pinceaux Léonard : Les cours donc, très peu pour vous ! Avez-vous néanmoins des mentors, des peintres qui vous passionnent et vous inspirent ?

Althéa : Je n’ai pas de mentors. En revanche, il y a des peintres contemporains qui ont un talent indéniable. La liste serait trop longue à énumérer. Parmi les peintres célèbres, j’aime particulièrement Zao Wou Ki et Kandinsky.

Pinceaux Léonard : Où trouvez-vous vos inspirations et pourquoi l’abstrait en particulier ?

Althéa : L’inspiration est tout le temps présente. Des couleurs dans la nature, dans le ciel. Je peins même dans ma tête avant de m’endormir. Mais lorsque je suis devant ma toile, je me détache totalement du monde extérieur. Je choisis mes premières couleurs et me laisse guider par la gestuelle. Je ne fais qu’une avec ma toile, il y a inévitablement un transfert de l’être avec la matière.

L’abstraction permet une totale liberté dans la création.

Je créé donc mon monde dans mes tableaux : un monde changeant car jamais figé, un monde avec des énergies positives avant tout.

Il est d’ailleurs à noter que je suis assez surprise lorsque certaines personnes associent à la violence, un tableau comportant du rouge, ou à la tristesse un tableau comportant du noir. C’est assez représentatif du conditionnement de l’être humain dans notre société et de l’impact très profond qu’il peut avoir sur les mentalités.

Pour moi, le rouge représente la vie et le noir la force.

Pinceaux Léonard : Avez-vous des pinceaux ou des outils que vous aimez particulièrement et pourquoi ? Vous utilisez notamment beaucoup le spalter, est-ce un outil indispensable pour vous ?

Althéa : Jusqu’à présent, j’utilise essentiellement les spalters qui sont indispensables pour réaliser mes fonds. En ce qui concerne les pinceaux pour les finitions en travaillant avec acrylique, je n’ai pas d’outil attitré. En revanche pour l’aquarelle, j’avoue avoir en majorité des Pinceaux Léonard.

Pinceaux Léonard : Quelle est à l’heure actuelle la réalisation dont vous êtes la plus fière ? Peut-on l’observer quelque part ?

Althéa : « Cendre de lune » et « Embarquement immédiat » sont les deux toiles dont je suis le plus satisfaite. Cendre de lune est accrochée dans mon salon et Embarquement immédiat a trouvé une nouvelle maison. 

Démonstration de peinture abstraite avec Althéa :

Pinceaux Léonard : Et désormais, quels sont vos futurs projets ?

Althéa : Pas de projets en particulier, à part celui de continuer de peindre en explorant d’autres techniques. Actuellement, j’aborde une nouvelle écriture sur la toile, plus colorée, avec plus de détails, totalement différente de ce que j’ai réalisé jusqu’à présent. Fini pour l’instant les spalters, place aux couteaux et aux pinceaux fins.

J’aime le changement et actuellement, je ne souhaite pas m’enfermer dans un style particulier.

Pinceaux Léonard : Et enfin, un conseil à donner à une personne qui souhaite se lancer dans la peinture abstraite ?

Althéa : Je pense que pour se lancer dans l’abstrait, il ne faut pas hésiter à laisser sa main et le pinceau aller à leur guise. Ne pas se retenir, lâcher prise. Ce n’est vraiment pas évident contrairement à ce que l’on peut entendre parfois. L’être humain est conditionné par la société et ce qui l’entoure. Arriver à fermer son esprit à ce conditionnement qui est devenu notre quotidien n’est pas si facile que ça.

Donc je dirais : n’enfermez pas votre esprit, laissez-le respirer, vivez !

Retrouvez les oeuvres de Corinne Bourtault Jouffreau, alias Althéa sur son site, sa page Facebook et sa chaîne Youtube.

 

À propos de l'auteur

Pinceaux Léonard

Depuis 1840, sept générations se succèdent à Saint-Brieuc en Bretagne pour fabriquer à la main des pinceaux de qualité, les Pinceaux Léonard. Aquarelle, acrylique, peinture à l'huile ou encore loisirs créatifs, nous produisons fièrement et avec passion la plus large gamme de pinceaux pour l'art en France.

Laisser un commentaire