Aquarelle Paroles d'artistes

Les aquarelles d’Eugène Gorean

Rencontre aujourd’hui avec l’aquarelliste Eugen Gorean, un jeune artiste de 26 ans, né en Moldavie et qui aujourd’hui intervient en France et dans le monde entier pour présenter son travail et sa technique.

© Eugen Gorean

Pinceaux Léonard : Merci Eugen d’avoir accepté notre demande d’interview. Pour commencer, pouvez-vous simplement vous présenter, nous dire qui vous êtes, d’où vous venez et quelle est votre relation avec la France ?

Eugen Gorean : Je m’appelle Eugen, et je suis aquarelliste. J’ai commencé à étudier cette merveilleuse technique au Collège d’Art de Chisinau pendant 4 ans, puis j’ai continué pendant 4 années à l’Académie des Beaux-Arts toujours à Chisinau. C’est durant mes études que j’ai commencé à m’intéresser aux expositions d’aquarelle du monde entier. Ce fut un moment clé pour ma création, et j’ai eu l’occasion de voir et rencontrer de nombreux artistes étrangers, grâce auxquels j’ai beaucoup appris. Dès lors je me suis fais repérer et j’ai commencé à être invité pour animer des stages et des ateliers lors de différents salons et expositions. Moi, un jeune moldave de 23 ans à l’époque ! J’ai tout de suite accepté. C’est ainsi qu’a commencé ma relation amicale avec la France entre autres.

C’est par l’animation de ces stages que j’ai compris qu’il me fallait apprendre le français.  J’ai pris des cours et j’ai commencé à apprendre avec la conversation. Mon français n’est pas impeccable et reste parfois erroné, mais j’adore cette langue et cette culture !

Je m’arrête souvent en France chez des amis ou à l’hôtel, et j’ai découvert de nombreux lieux impressionnants. Je suis amoureux du sud de la France, et de ce que l’on appelle “l’art de vivre”.  Une autre région que j’aime beaucoup est la Bretagne, avec une attention particulière aux traditions et à la cuisine, aux gens chaleureux.  Enfin, j’ai été enchanté par l’Alsace et son architecture inhabituelle, comme sortie de contes mythiques.

© Eugen Gorean

Pinceaux Léonard : Comment êtes-vous « tombé amoureux » de l’aquarelle ? En quoi ce medium est-il plus intéressant pour vous que, disons par exemple, la peinture à l’huile ou l’acrylique ?

Eugen Gorean : L’aquarelle a attiré mon attention tout de suite, parce que c’est une technique réputée plus compliquée et plus délicate que l’huile, comme l’ont dit certains professeurs. Et dès les premiers instants, je suis tombé sous le charme de l’aquarelle, qui dure encore aujourd’hui. C’est une technique exclusive, on a pas le droit à l’erreur.  Vous devez toujours rester en mouvement, avoir les mains dégagées et l’esprit bien attentif.

J’ai toujours été impressionné par ce sentiment de facilité dans la réalisation qui donne à l’aquarelle de la profondeur. À la base, il n’y a que des choses simples : du papier, de l’eau et des pigments, mais le mélange des trois laisse apparaître un monde extraordinaire. Bien sûr, chaque langage plastique a son charme, mais beaucoup restent à l’idée que cette technique est l’une des plus anciennes et des plus spectaculaires.

© Eugen Gorean

Pinceaux Léonard : Parlons maintenant de votre art. Où trouvez-vous vos inspirations ?

Eugen Gorean : L’inspiration est une notion très fluide pour moi, elle apparaît et disparaît. Généralement, je la trouve le plus souvent durant mes voyages, dans des discours, ou dans les villes. Une autre chose importante pour moi, c’est la lumière, son impact sur les couleurs, cela m’impressionne et m’inspire dans de nombreux cas.

© Eugen Gorean

Pinceaux Léonard : À seulement 26ans, vous avez déjà exposé dans de nombreux pays ! Quel talent ! Bravo. Que vous apporte la pratique de l’aquarelle dans votre vie de tous les jours. Qu’est-ce qui a changé ?

Eugen Gorean : L’aquarelle a beaucoup apporté dans ma vie. À commencer par les voyages et la découverte de nouvelles cultures et de personnalités très intéressantes. Chaque salon, chaque exposition internationale est un grand moment pour moi. Grâce à tout cela, j’ai changé ma vision sur beaucoup de choses, donc oui je peux dire que l’aquarelle m’a inéluctablement changé !

© Eugen Gorean

Pinceaux Léonard : Quels sont vos projets pour la suite ?

Eugen Gorean : Les projets pour cet automne sont quelques stages en France et en Espagne à Bilbao, puis en 2018 je commence par une grande exposition à Saint-Peterburg, suivie de quelques stages aux Pays-Bas dans cette si belle région de France, puis ensuite, vers une toute autre destination : la Chine !

© Eugen Gorean

Pinceaux Léonard : Côté matériel, quels sont vos outils préférés, ces instruments dont vous ne pouvez vous passe ?

Eugen Gorean : De côté-là, je dois dire que j’aime beaucoup expérimenter, essayer de nouveaux instruments que je ne connais pas et dont j’ai entendu parler. Je les ajoute et les combine ensuite dans ma démarche artistique. Je possède une collection de pinceaux divers et variés. Pour le papier, tout dépend de mes sujets. Je travaille généralement sur papier grain fin ou grain torchon, et pour les compositions avec des fleurs et des animaux je choisis le grain satiné.

Pinceaux Léonard : Un dernier conseil à donner à toute personne qui souhaite se lancer dans la peinture ?

Eugen Gorean : À mes débuts, j’ai reçu un très bon conseil d’un peintre aquarelliste en fin de carrière. Il m’a dit avec beaucoup de sagesse : « La seule chose qui compte vraiment dans l’art, c’est de peindre avec le coeur. »

Pour en découvrir un peu plus sur l’artiste Eugen Gorean, n’hésitez pas à consulter son site internet.

À propos de l'auteur

Pinceaux Léonard

Depuis 1840, sept générations se succèdent à Saint-Brieuc en Bretagne pour fabriquer à la main des pinceaux de qualité, les Pinceaux Léonard. Aquarelle, acrylique, peinture à l'huile ou encore loisirs créatifs, nous produisons fièrement et avec passion la plus large gamme de pinceaux pour l'art en France.

Laisser un commentaire