Huile & Acrylique Paroles d'artistes

Rencontre avec l’artiste peintre Gaëlle

Gaëlle Beyaert

Nous faisons la connaissance aujourd’hui avec une artiste peintre de notre région. Gaëlle a accepté de venir nous rencontrer à l’atelier. Nous avons pu échanger sur sa passion pour la peinture et sur ses travaux. Nous avons même eu la chance de la voir à l’oeuvre, à l’occasion d’une démonstration réalisée dans notre atelier. Rencontre.

Pinceaux Léonard : Merci d’avoir accepté notre demande d’interview Gaëlle ! Pour commencer, pouvez-vous simplement vous présenter, nous dire qui vous êtes, d’où vous vient votre passion pour la peinture et l’art en général ?

Gaëlle : Je crois être née comme ça. L’Art a toujours fait parti de ma vie d’une manière ou d’une autre. Pourquoi ? Je ne peux pas y répondre mais une bonne part vient du fait que j’ai souvent été seule. Enfant je n’avais autour de moi aucun artiste peintre et je baignais plutôt dans un milieu « cartésien. » J’aimais inventer des histoires. J’étais la grande rêveuse, la sensible, l’émotive. Et pourtant, je pense être très proche des réalités. Mais cela n’est que mon ressenti.

La peinture est arrivée naturellement après le besoin de dessiner. C’était une forme d’écriture. J’ai toujours été complexée par l’écriture pensant que cela n’était pas pour moi. Et pourtant j’avais énormément à dire, tout comme aujourd’hui. Je suis un buvard d’émotions comme les enfants. Je n’ai sur un certain côté pas grandi.  La peinture est arrivée vers l’âge de 14 ans. Je crois que la dimension de la couleur était essentielle pour moi. Elle me permettait de prolonger et d’aller plus loin dans l’émotion. Car c’est de cela qu’il s’agit. De plus, je suis d’un tempérament gai et la couleur est le meilleur vecteur pour exprimer cette vie.

Pinceaux Léonard : Vous utilisez différentes techniques, mais vous semblez avoir un intérêt plus prononcé pour l’huile. Que vous apporte ce medium en particulier ?

Gaëlle : C’est l’huile qui m’a choisie. Je dis que si l’on va vers un médium particulier et qu’il répond au mieux à ce que nous souhaitons dégager c’est qu’il y a fusion entre notre émotion, nos désirs et le médium en lui même. C’est un peu comme une passion amoureuse. Ce que m’apporte l’huile c’est la fluidité qui peut s’en dégager et son infini potentiel sur la lumière et la transparence. Ce que j’exprime est souvent plein de sensualité. L’huile est sensuelle par définition. C’est un liant parfait. Il n’y a qu’à regarder la peinture italienne pour comprendre….

Pinceaux Léonard : Avez-vous suivi des cours, ou vous considérez-vous plutôt comme une artiste autodidacte ?

Gaëlle : J’ai suivi des cours aux Beaux-Arts de Rennes dès l’âge de 14 ans. J’ai appris la base du dessin et la rapidité d’exécution. J’ai fait, également, des études de communication et de graphisme. En 2011, j’ai fait une immersion d’une semaine chez un peintre des Côtes d’Armor. C’est pendant ce stage que j’ai fait corps avec l’huile. Mon professeur m’a dirigé vers ce qu’il voyait de ma personnalité et m’a donné les armes techniques pour y arriver. Ensuite, le travail est la seule chose qui me fait progresser réellement. Si le fait de ne pas avoir de diplôme aux Beaux-Arts et/ou dans une grande école de dessin est être autodidacte ; alors oui je le suis.

Pinceaux Léonard : Où trouvez-vous vos inspirations ?

Gaëlle : L’inspiration me vient dans la lecture, les visuels, la nature, mon vécu, mes émotions, l’écoute de la société, l’écoute des désirs des autres. Tout ce qui fait de l’humanité ce qu’elle est.

Pinceaux Léonard : Côté matériel, quels sont vos outils préférés ?

Gaëlle : J’utilise essentiellement le pinceau. C’est un réservoir à peinture qui me permet l’application de la couleur. J’utilise, également, mes doigts, le chiffon et le couteau pour l’application de sous-couches.

Gaëlle Beyaert

Gaëlle Beyaert en action

Pinceaux Léonard : Parlons technique. Pouvez-vous partager avec nos lecteurs une astuce incontournable que vous utilisez régulièrement ?

Gaëlle : Le frottement sur la toile. J’utilise beaucoup cette méthode car elle me permet de gérer le trop de pigments et de donner des transparences.

Pinceaux Léonard : Quels sont vos projets pour la suite ?

Gaëlle : Mon plus gros projet (car j’en ai bien d’autres) serait de me donner 2 à 3 ans pour faire une forme « d’arbre » d’humains culturels en six étapes de la vie. J’aimerais le présenter sous forme de plusieurs livrets ou autres. Mes contraintes sont la nudité de toutes les personnalités, utilisation de six éléments sur six continents. Si je résume le tout cela fera une magnifique fresque humaine et culturelle. Je travaille pour l’instant au crayon sur papier naturel et j’ai encore beaucoup de recherches à effectuer.

Hélène – Oeuvre par Gaëlle Bekaert ©

Pinceaux Léonard : Un dernier conseil à donner à toute personne qui souhaite se lancer dans la peinture ?

Gaëlle : Je dirais la passion, la disponibilité au travail et énormément de patience.

Nous remercions Gaëlle pour ce bel interview et nous vous invitons à découvrir une partie de son travail à travers cette vidéo ainsi que sur sa page Facebook.

 

À propos de l'auteur

Pinceaux Léonard

Depuis 1840, sept générations se succèdent à Saint-Brieuc en Bretagne pour fabriquer à la main des pinceaux de qualité, les Pinceaux Léonard. Aquarelle, acrylique, peinture à l'huile ou encore loisirs créatifs, nous produisons fièrement et avec passion la plus large gamme de pinceaux pour l'art en France.

Laisser un commentaire